Borderland*
  • Partager sur :
Borderland*
Borderland*
Borderland*
SYNOPSIS
image movie

Création 2018 | Théâtre Contemporain | Durée: 50 mn | à partir de 6 ans

A un âge aussi fragile que muable, à cet instant de vie transitionnel, la question de la frontière touche nécessairement la jeunesse, en quête d’identité. De près, de loin et surtout sans filtre – à l’heure d’internet et de la mondialisation – ces futurs citoyens, en cours de consolidation – sont directement atteints par cet enjeu.

*(n.m) : {bɔʁdɛʁlɑ̃} Borderland est un terme anglais qui désigne un espace frontalier situé entre deux zones. Un camp ou un centre de rétention pour migrants, un aéroport, l’espace de la ligne ou du point, visible ou invisible. Le non-lieu – parfois mouvant – qui sépare et définit, le trait sur la carte,minuit, midi, la largeur d’un panneau entre deux pays, un mur, la peau etc.

Né d’un questionnement actuel sur le monde et la notion de « frontière(s) ».  BORDERLAND* tient ses origines d’une résidence de création et de transmission de six mois (Janvier-Juin 2018) en milieu scolaire avec le dispositif Création en Cours. Pendant cette résidence, l’établissement scolaire de Monthois (Ardennes, 08.) s’est transformé en un véritable borderland artistique et éthique. Une zone où les frontières ont été remises en jeu. Cette expérience commune et sensible entre équipe artistique, pédagogique et élèves a permis d’offrir au public une Grande Journée Portes Ouvertes, menée par les CM2-Ambassadeurs et tous les élèves de l’école primaire et maternelle. Grâce à leur vision du monde, leurs interrogations… BORDERLAND* s’est constitué une dramaturgie riche et devient aujourd’hui un spectacle, un Objet de Fiction Non-Identifié partageable avec le reste du monde.

Initié par les Ateliers Médicis en partenariat avec le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de la Culture. Création en Cours est un dispositif de résidence artistique de six mois dans un établissement scolaire proposé à de jeunes artistes. Cette résidence longue comprend des temps de transmission destinés aux élèves du cycle 3.

Les objectifs de notre transmission visent à revaloriser la notion de “frontière(s)”. Inhérente et nécessaire à toutes les civilisations, présente à chaque instant de nos existences. Il s’agit de repartir du principe que la frontière n’a pas seulement un sens négatif, mais aussi un sens positif. Il faut apprendre à évoluer en sa présence. Un monde sans frontières serait un désert homogène et lisse sur lequel vivrait une humanité nomade, faite d’individus identiques et sans différence.

De plus, il faut apprendre à distinguer murs et frontières. Repérer les frontières possibles. Des frontières sans mur, des murs sans frontières. La frontière sépare et établit le lien. Quelles formes prend-elle ? Quelle est la place de la frontière dans un monde où tout circule rapidement ? Pourquoi continuons-nous à construire des murs ? Faire tomber les murs parce qu’ils sont des moyens souvent inefficaces et qu’ils ne résolvent rien.

En combattant l’idée de fermeture et en questionnant ces pistes-là, la frontière retrouvera ses propriétés révélant un monde de différences co-existantes et de diversités florissantes.

L’histoire se déroule à Midi ou à Minuit dans « La Jungle ». « La Jungle » ? C’est la cour de récré où se croisent les différents personnages d’un établissement scolaire sans nation. Cette école, située sur la ligne imaginaire séparant deux nouveaux pays, devient le théâtre de la vigilance et l’objet de drôles de contrôles en attendant de connaître son sort définitif. Dans ce lieu de passage, au cœur de cet atmosphère de mutation, P. & A. deux élèves de CM2 se rencontrent. P. habite la maison d’en face. A. vient de loin. Ils se lient d’amitié autour de la lecture d’un livre qui leur ressemble un peu. Le soir, ils escaladent le mur de l’école et « La Jungle » devient « Le Cosmos » de leur imagination débordante. L’année défile, de jour comme de nuit, dans les interstices, au rythme de leurs instants d’amitié, ponctués par les interventions de la Directrice et de Douanier, l’étrange concierge. L’école devient le Borderland* de tous les possibles jusqu’au jour où une étrange loi entre en vigueur.

Le spectacle met en scène les comédiens-intervenants du projet: Fabien Hintenoch & Lucile Mary, également metteurs en scène et co-fondateurs de la compagnie demain nous fuirons. Le texte est le bilan de cette résidence artistique et humaine émouvante. Il s’adresse à tous à partir de six ans et peut constituer de nouveaux projets pédagogiques. Comme pour la résidence, l’histoire de la pièce se déroule dans une école. Dialogues, jeux de voix et images oniriques s’invitent au cœur même de cette zone-frontière quotidienne et théâtrale.  Ici, on joue dans l’espace de la ligne. Sur Scène, un mur de cartons blancs matérialise tour-à-tour et avec abstraction la cour de récré, la cage de foot, le ciel, le sol, la jungle, le cosmos. Des traits sur scène dessinent l’espace de jeu, les frontières apparaissent partout et se meuvent en aspects différents pour venir constituer l’espace-temps de l’histoire. Les projections-vidéos, la lumière et les accessoires permettent de déplacer et de métamorphoser ces lignes vierges. 

A la fin du spectacle, la frontière entre les spectateurs et la scène disparaît et devient un espace-temps convivial où les enfants et les adultes sont amenés à exprimer leurs émotions. C’est  un temps de dialogue pour interroger l’œuvre et la question à travers la consultation des livres et albums jeunesse ayant inspirés le spectacle. 

En s’invitant dans les établissements scolaires, le spectacle peut être offert aux élèves dans le cadre d’un véritable projet en amont et en aval de la représentation. Ces moments prendront la forme d’ateliers alliant la thématique de la frontière à la pratique artistique du théâtre et/ou de la scénographie, du débat et de l’éloquence. Une ou deux classes-ambassadrices expérimentent et enrichissent la dramaturgie du projet en compagnie des artistes. Les élèves s’emparent de ce sujet transversal (puisqu’au programme du Cycle 3) et universel. Ils expérimentent la question de manière collective et artistique. 

ILS NOUS ONT FAIT CONFIANCE